Trucs et astuces n°5 : nos expressions faciales

En matière de communication intraspécifique, le chien est doué de multiples atouts permettant une bonne compréhension mutuelle. Il en est évidemment de même chez les humains et ce, depuis leur plus jeune âge (pour preuve, même après seulement quelques minutes de vie, le nourrisson s’intéresse déjà aux visages qui l’entourent plus qu’aux objets immobiles, cherchant le regard de ses semblables). L’homme est pourvu de plusieurs dizaines de muscles faciaux qui s’associent en diverses combinaisons appelées « expressions faciales ». Ce sont ces expressions qui trahissent bien souvent nos émotions : peur, joie, pitié, honte, colère, espoir, dégoût… Elles sont indispensables à la bonne interprétation des autres signaux envoyés par le reste du corps pour nous permettre de bien communiquer entre humains civilisés. Mais qu’en est-il du chien et de sa capacité à communiquer avec l’homme ? Sait-il lui aussi décrypter nos émotions ?

Le Dr DOLL s’est penché sur la question et, pour y répondre, a créé une expérience regroupant un échantillon de 150 chiens soumis aux 4 plus importantes expressions faciales humaines : la colère, la joie, la peur et le dégoût. Sans aucune autre source de distraction, les chiens étaient confrontés uniquement aux visages tantôt neutres, tantôt expressifs d’un inconnu et d’une inconnue.

Au terme de l’expérience, il en ressort que le chien est effectivement très attentif au visage humain et qu’il s’y fie pour calquer sa réaction en réponse.  Les réponses étaient de 3 types : soit l’évitement, soit l’approche, soit une réaction émotionnelle. Et de cette expérience, nous pouvons en tirer quelques enseignements :

  • Les chiens réagissent plus aux visages expressifs qu’aux visages neutres : si vous voulez une réponse de la part de votre chien, il vous faudra vous ouvrir à lui et être très démonstratif de ce que vous attendez de lui. Même si la voix est importante dans vos « conversations » avec votre chien, votre visage doit être cohérent et en exprimer la même émotion (si vous rigolez en rouspétant votre chiot qui a fait une bêtise amusante, il y a de fortes chances qu’il prête plus attention à votre visage joyeux qu’à votre discours. A contrario, si vous êtes énervé, il verra certainement mieux votre colère que votre voix que vous vous forcez de garder sympathique)
  • Les chiots réagissent plus excessivement que les adultes, ils entrent plus facilement dans des réponses émotionnelles que « réfléchies ». Alors attention à ne pas trop en rajouter sur les émotions négatives ! Une bêtise à l’horizon ? Eloignez le chiot de la scène de crime, nettoyez, calmez-vous puis retournez interagir avec lui. Même si vous ne lui avez rien dit et rien montré, il a bien vu à votre visage que vous n’étiez pas content alors inutile d’en rajouter au risque de surcharger le chien et de le stresser excessivement…
  • Les adultes sont plus posés face aux réactions humaines car ils s’y sont habitués au fil des années. Contrairement aux chiots, ils savent mieux analyser la situation et y porter intérêt si besoin. Votre chien vous connaît bien mieux que vous ne le pensez !
  • Sur les 4 émotions présentées, les deux pour lesquelles les chiens ont présenté le plus de réactions sont la joie et à la colère. Cela tombe bien car ce sont ces deux expressions que nous utilisons le plus régulièrement lors de nos échanges avec eux. Alors, encore une fois, pas d’excès sur la colère, ils l’ont vue avant même que vous n’ouvriez la bouche ! Par contre, vous pouvez jouer avec la joie : n’hésitez pas à en rajouter lorsque votre chiot a fait ses besoins dehors… Pas de colère lorsqu’il fait dedans et grosse joie lorsqu’il fait dehors = un chiot qui comprend bien vite, et sans stress, que le petit pipi à l’extérieur rend son maître heureux.
  • Face à la colère, les adultes et les chiots ne sont pas logés à la même enseigne. Les plus jeunes réagissent dans l’émotionnel alors que les adultes ont cette réaction d’évitement (détourner le regard, sentir le sol, tourner la tête, baisser les oreilles = signaux d’apaisement liés au stress). Certainement car les chiots n’ont pas encore vécu assez longtemps avec l’humain pour savoir comment réagir dans cette situation.
  • En ce qui concerne la peur, les adultes essaient au contraire de se rapprocher de l’humain. Sûrement pour mieux scruter le visage, mieux analyser la situation et donc réagir en conséquence.
  • Les hommes sont plus impressionnants que les femmes… Cette expérience le montre par le nombre de chiens qui présentent plus de signes d’évitement face au visage masculin qu’au visage féminin. Alors messieurs, allez-y molo avec vos expressions faciales négatives 😉

 

Nos émotions sont instinctives, soudaines et souvent incontrôlées. Et même si nos muscles parviennent en une fraction de seconde à passer à l’une ou l’autre des émotions, le chien perçoit très bien le changement, surtout si votre visage est accompagné ou trahi par votre voix, votre corps, vos gestes et votre posture.

Et comme votre chien vous comprend bien mieux que vous ne le croyez, prenez sur vous pour ne pas rentrer dans des émotions excessivement négatives qui le stresseraient inutilement. Pour les émotions positives, attention aussi à ne pas en abuser : elles doivent êtres proportionnées à la réussite de votre chien. Si vous êtes au maximum de la joie lorsque votre chien déjà bien éduqué se met assis, comment ferez-vous lorsqu’il s’agira de le féliciter pour un très gros effort effectué ?

Et comme dirait Socrate, « connais-toi toi-même » parce que votre chien, lui, il vous connaît !