Trucs et astuces n°2 : le jeu

Depuis des siècles le chien est sélectionné pour sa capacité à travailler en collaboration avec l’homme : celui qui fut animal sauvage par le passé, se retrouve aujourd’hui au cœur de notre civilisation. D’outil, le rôle du chien a évolué pour devenir partenaire, voire même membre à part entière de la famille. Et pour preuve, le statut juridique de cet animal a évolué passant de simple objet à être vivant et sensible en 2015. Par la même occasion, il est remarquable de signaler la tendance actuelle à enseigner de façon ludique plutôt que via la contrainte (que ce soit dans l’enseignement entre humains ou entre humains-animaux). L’homme s’est enfin rendu compte qu’en rendant le genre ‘’canis lupus familiaris’’ dépendant à son contact, il a cultivé par la même occasion sa propension à devenir un éternel joueur. Il semble donc intéressant d’utiliser cette tendance naturelle à bon escient pour amener l’animal à faire ce que l’on attend de lui.

En effet, pour nos amis les chiens, jouer dépasse le simple fait de courir ou bondir librement. Dans leurs échanges intra-spécifiques, ces animaux sociaux communiquent via le jeu. Dès leur plus jeune âge ils apprennent à appréhender l’autre, à interpréter ses comportements et donc, tout simplement, à le comprendre. En outre, dans ses rapports interspécifiques, le chien s’avère être un animal particulièrement observateur. Capable de discerner le moindre changement d’attitude chez l’humain, lui permettant d’avoir une longueur d’avance sur nous en termes de compréhension, car ne nous y trompons pas, le chien parle beaucoup mieux l’humain que l’humain ne parle chien !

Des experts, tels que Turid Rugaas, sont parvenus à interpréter le langage corporel de nos compagnons. Ils ont mis en place une sorte de lexique nous permettant de comprendre ce qu’ils nomment les « signaux d’apaisement » émis par les canidés. D’autres spécialistes, comme notamment Mirko Tomasini, nous ont permis d’obtenir les clés pour entrer véritablement en contact avec nos partenaires canin par le biais du jeu. Il semble important de comprendre l’utilisation que nos chiens ont de leurs gestes et postures afin de ne pas nous fourvoyer, car sans analyse d’une situation, ce qui peut sembler être un jeu peut ne pas l’être et ce qui paraît être une agression se trouve être une invitation au jeu.

Le rôle de l’éducateur canin dans ce contexte est de vous apprendre à décrypter ces codes, vous permettant ensuite de faire véritablement confiance à votre animal. Comprendre ses réactions s’avère primordial pour qui veut réellement faire l’expérience d’une complicité avec son chien. Lorsque nous questionnons nos clients sur les interactions ludiques partagées avec leurs compagnons à quatre pattes, beaucoup nous répondent que leur chien adore jouer. Mais en poursuivant la conversation nous nous apercevons qu’en réalité les échanges sont très pauvres… Car prenez conscience que le jouet n’est pas le jeu ! Il est nécessaire que vous deveniez le partenaire de jeu de votre chien ! Vous pouvez tout de même utiliser le jouet comme medium mais il ne doit pas se substituer à l’attraction que vous devez générer. En outre, sans un minimum d’intellectualisation du jeu, il nous arrive de récompenser en opposition avec l’action que nous souhaitons obtenir. Or sans s’en rendre compte le langage maître chien s’en trouve brouillé et notre animal ne peut deviner ce que vous attendez de lui.

Avec le travail de l’éducateur canin, il vous sera également possible de corriger certains comportements indésirables rencontrés lors d’éventuelles approches de congénères. En utilisant le jeu pour renforcer votre attraction sur le chien, il vous sera permis de détourner son attention, permettant à l’animal d’assimiler l’approche d’un congénère à une partie de plaisir et donc par la même occasion, de finir par accepter ses semblables. Il est également possible d’apprendre aux chiens à jouer entre eux : certains chiens ont un mode de communication atypique lié aux spécificités de leur race, d’autres se montrent plus brutaux, ou encore réservés. Mais toutes ces formes de communication sont identifiables au sein du genre canin, et il est important d’apprendre à vos loulous à jouer de différentes manières, pour que le chien brute ne soit pas assimilé à un agresseur, le calme à un subalterne, le grogneur (et oui, beaucoup de chiens communiquent en grognant) à un harceleur ou le craintif à une proie.
On remarque que de nombreux chiens ayant été élevés sans contact avec leurs semblables attribuent aux partenaires canins le statut de proie ; se mettant en chasse de ce dernier à la première occasion. A nos yeux cela n’a rien de dramatique, c’est simplement un comportement normal émis par un animal dans l’ignorance. Provoquer les rencontres avec des animaux stables permettra au sujet défaillant de corriger son ignorance, et les séances de jeu enrichiront son langage canin.

Alors jouez avec votre chien ! Pour de vrai ! Apprenez lui à tirer à la corde, à rapporter la balle, à rechercher ses objets préférés dans le jardin… Vous décuplerez votre complicité, vous le fatiguerez mentalement, et vous pourrez devenir bien plus important lors des balades que cette odeur au sol, ce chien au loin ou cette personne à vélo… Mais il y a tout de même un secret : pour que ça marche, il vous faudra jouer sur la frustration. Dorénavant, vous rangerez tous les jouets qui traînent au sol à disposition, vous en sortez un pour une courte partie de jeu, puis vous le rangez AVANT que votre chien ne s’en lasse. Vous pouvez le sortir 10 fois dans la journée mais le plus important étant de stopper le jeu avant qu’il ne décide de le faire. Ce n’est pas une question de dominance comme on peut le lire parfois, mais une question de frustration : si votre chien a été frustré lors de sa dernière partie de jeu, il sera encore plus content de retrouver son jouet le lendemain. Et pour les chiens qui n’ont jamais vraiment été stimulés et qui ne présentent plus d’intérêt pour le jeu, rendez-le encore plus attrayant, bougez-le, courez avec, insistez sur l’instinct de prédation, encouragez-le… Répétez cela sur plusieurs semaines et vous aurez un chien qui adorera jouer avec vous, et qui vous bénira dès que vous vous approcherez du coffre à jouets !